Restez en Contact
en vous inscrivant à notre newsletter

  • Informations et Actualités
  • Nouveautés et derniers ouvrages
  • Offres privilèges en exclusivité.

Articles récents

VACCINATION CONTRE LA GRIPPE
VACCINATION CONTRE LA GRIPPE
05-11-2019
Lire la suite
Qui dit rentrée des classes dit retour des poux!
Qui dit rentrée des classes dit retour des poux!
24-09-2019
Lire la suite
Alerte Canicule!
Alerte Canicule!
22-07-2019
Lire la suite

Alerte Canicule!

22-07-2019
1 photo

Alerte Canicule!

La semaine prochaine nous serons encore confrontés à des fortes chaleurs.

Les personnes âgées et les nourrissons sont les plus vulnérables, de même que les patients souffrant

de pathologies chroniques (hypertension, diabète, etc.) Deux complications sont à craindre en cas de

vague de chaleur (canicule) : le syndrome d’épuisement-déshydratation et le coup de chaleur.

Le syndrome d’épuisement-déshydratation apparaît en quelques jours. Les signes sont peu

spécifiques : céphalées, nausées et vomissements, vertiges, pertes de connaissance, faiblesse

musculaire accompagnée de crampes, hypotension, tachycardie et difficultés respiratoires.

Le coup de chaleur est un résultat d’une défaillance aiguë de la thermorégulation et constitue une

urgence médicale, car il peut avoir une évolution fatale en moins de 24 heures. Le signal d’alarme est

souvent l’apparition d’une fièvre >40°C.

Grâce à la campagne menée par le Ministère de la Solidarité et de la Santé, la population est mieux formée sur les bons réflexes à adopter pour

prévenir les risques liés à la chaleur (hyperthermie, hyponatrémie, déshydratation) comme par

exemple: s’hydrater, maintenir son domicile au frais, se protéger du soleil, se mouiller le corps, éviter

les efforts physique, aller dans un endroit frais.

Avec cet article nous aimerions mettre en évidence un aspect qui peut être sous-estimé : les

médicaments en effet, certains médicaments peuvent aggraver ce phénomène de déshydratation.

Nous vous invitons à vous rendre sur les sites Eurekasante (Vidal) ou celui de l'Agence nationale de sécurité du

médicament et des produits de santé (ANSM) qui dressent une liste. En voici quelques un à titre

d’exemple:

Les médicaments qui peuvent perturber le fonctionnement des reins:

Les médicaments diurétiques.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et l’aspirine à dose antalgique (plus de 500 mg /

jour) Attention : en cas de fortes chaleurs, pour traiter la fièvre ou les maux de tête, il est fortement

déconseillé de prendre de l’aspirine ou du paracétamol. En effet, le paracétamol est inefficace en cas

de coup de chaleur, et l'aspirine peut perturber la thermorégulation de l’organisme.

Certains médicaments utilisés dans le traitement de l’hypertension artérielle

Les médicaments qui empêchent l’élimination de la chaleur par le corps:

Les médicaments qui réduisent la transpiration. On retrouve certains médicaments

antidépresseurs, contre les allergies, contre la maladie de Parkinson et des médicaments

antispasmodiques destinés à soulager l’incontinence urinaire.

Les médicaments qui limitent la dilatation des vaisseaux sanguins de la peau, comme ceux contre le

rhume (contenant des vasoconstricteurs).

Les médicaments qui perturbent la régulation de la température par le cerveau:

Les hormones thyroïdiennes, les neuroleptiques et certains antidépresseurs, et les antimigraineux

Il y a aussi des traitements dont l’action est modifiée en cas de forte chaleur:

les médicaments dont l’élimination peut être modifiée par la déshydratation :

hypocholestérolémiants (statines et fibrates), antidiabétiques oraux (metformine et sulfamides), sels

de lithium, antiépileptiques.

les médicaments dont l’efficacité est gênée par la transpiration : de façon générale, il faut faire

attention aux dispositifs transdermiques (patchs), dont l’efficacité peut être modifiée par la

transpiration ou la dilatation des vaisseaux sanguins (due à la chaleur).

Pour toute question concernant votre traitement et la possible sensibilisation à la chaleur n’hésitez pas à nous contacter

ou à consulter votre médecin. Même s’ils peuvent jouer un rôle dans l’aggravation des problèmes liés

aux fortes chaleurs, cela ne justifie jamais d’arrêter de sa propre initiative un traitement, ni même de

le réduire ou de l’interrompre quelques jours.


Retour